Pourquoi vos salades et vos carottes montent en graines ? 4 stratégies pour l’éviter

Ça nous est tous arrivé, nos salades dont on prend grand soin depuis des semaines commencent à être très jolies, on se dit qu’on va bientôt pouvoir commencer à les ramasser, et soudain, en quelques jours, elles montent toutes en graines. Elles produisent une longue tige qui va porter les fleurs, une tige qu’on appelle la hampe florale.

Mais dès le début de la formation de cette tige, elles sont immangeables car trop riches en latex, trop amères. Et pourtant il suffit de connaître quelques bases des besoins des salades pour anticiper et éviter ces mauvaises surprises. Je vous enseigne aujourd’hui 4 stratégies pour bichonner vos salades et vos carottes jusqu’au moment de les ramasser.

Mais tout d’abord, il faut comprendre comment fonctionne une salade. Son principal objectif est de se reproduire, et pour cela, elle doit monter en graines. Habituellement, elle le fait en fin de saison, après avoir produit beaucoup de feuillage. On ne le voit normalement jamais, puisqu’on la mange avant. Mais il arrive parfois qu’une salade souffre trop. Et dans ce cas, elle se dit : “aie aie aie, le climat est trop rude, je vais mourir, vite il faut que je me reproduise, tant pis si je ne suis pas très grosse, allez hop, je monte en graines !”

Ce qui crée ce stress chez les salades, ce sont bien sûr les journées trop chaudes, mais surtout les nuits pas suffisamment fraîches. Si la température ne descend pas en-dessous de 18°C pendant plusieurs nuits d’affilée, il y a un risque. Première astuce, si les nuits sont trop chaudes, arrosez par aspersion en fin de nuit pour faire baisser la température ambiante en-dessous de 18°C et pour rafraîchir le sol.

Au passage : les épinards et les radis sont à surveiller comme les salades. Ils craignent les excès de chaleur.

Il faut savoir aussi que chaque variété de salade a ses préférences, certaines seront adaptées aux conditions estivales, tandis que d’autres s’en sortiront mieux au printemps ou à l’automne. Deuxième astuce : Vérifiez bien sur vos sachets de graines les périodes de semis recommandées, et respectez-les scrupuleusement. C’est toujours rageant de prendre bêtement le risque pour perdre ensuite toute sa récolte.

Enfin, ayez en tête que les jeunes plants sont fragiles. Un jeune plant stressé par un coup de chaleur ou un manque d’eau donnera l’impression de se développer normalement pour plus tard monter brusquement en graine sans raison apparente. Troisième astuce : redoublez de vigilance sur vos jeunes plants. Pas trop de chaleur, pas de manque d’eau. Et en période chaude, évitez de repiquer vos plants, c’est trop stressant (je précise, c’est stressant pour le plant, pas pour vous !).

Pour les carottes, c’est le contraire, il faut les protéger du froid. Pourquoi ? Vous allez voir, c’est intéressant. Une carotte est une bisannuelle. Son cycle de vie dure 2 ans. La première année, elle produit des réserves qu’elle stocke dans sa racine. La 2ème année, elle va puiser dans ces réserves pour monter en graine et se reproduire. Et comment sait-elle que c’est la 2ème année ? Parce qu’elle sait reconnaître un hiver. C’est pas dur, un hiver c’est un certain nombre de jours de froid. Elle n’est pas très exigeante, il lui suffit après la saison chaude, de quelques jours entre 5 et 10°C. Pas de bol pour le jardinier, ça arrive parfois en fin de printemps ou en début d’automne avant un redoux. Notre carotte va croire que l’hiver vient de passer, et elle va gentiment attaquer sa 2ème année, et monter en graines quelques semaines plus tard. Eh oui, ça peut prendre des semaines, et sur le coup on ne va pas comprendre que tout s’est joué des semaines plus tôt, pendant cette petite période de froid qu’on a oubliée.

4ème astuce : attention à ces périodes froides en fin de printemps ou en début d’automne, couvrez soigneusement vos salades pour les protéger du froid. Et comprenez bien, je parle bien d’une période froide, pas d’une simple nuit ; contrairement à la croyance populaire, une semaine entre 5 et 10°C est bien plus dangereuse qu’une nuit de gel.

Le céleri, l’oignon, la betterave, comme la carotte, sont des bisannuelles et sont donc sensibles au froid printanier. Protégez-les aussi !

Pour résumer :

  • Il faut protéger d’un froid inattendu les carottes, céleris, oignons et betteraves.
  • Il faut protéger des nuits chaudes les salades, les épinards et les radis.
  • Et il ne faut surtout pas négliger l’irrigation des jeunes plants, des choux fleurs et des brocolis.

Et voilà, vous voici mieux armés pour anticiper les montaisons prématurées. Mais n’oubliez pas, le plus important, c’est d’anticiper. Quand un légume monte en graine, c’est trop tard, on ne peut plus rien faire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *